Trail de Paques


La première course de l'année, le premier dossard de 2014 ! Direction Bromont  à 1h de Montréal vers l'est avec Jean François, un coureur du club de course de Montagne du Mont Royal Brébeuf qui nous a gentiment proposé de nous accompagner, lui étant déjà inscrit sur la course. 
J'hésitais entre le 5k et le 10k au début, me disant que je vais quand même faire des courses assez longues cet été, peut-être privilégier le court mais c'est sur le 10k que je m'inscris finalement, tout comme Baptiste. Nous arrivons sur place vers 9h45, le temps de récupérer les dossards, de se préparer, de s'échauffer et nous nous alignons sous l'arche de départ à 11h. 
Nous ne sommes qu'une trentaine sur le 10km, je suis donc quasi sûr de terminer dernière mais je m'en moque, je cours pour moi, je ne cours pas pour les autres. Il ne fait pas beau mais il ne pleut pas au moins. Le parcours sera extrêmement boueux, nous l'avons vu lors de l'échauffement. J'ai déjà mes chaussures trempées. 




Un dernier bisou à mon amoureux qui se met devant l'arche de départ et ça part.. Ca part très vite, le peloton de tête étire le groupe dans cette première ligne droite. je vois Baptiste s'envoler avec les 5 premiers. Je suis déjà en dernière position, je me cale sur un rythme de 10, 10,5 km/h et j'accroche une fille devant moi. Les premières difficultés sont déjà la quand on rentre dans le bois: c'est de la gadoue, nos pieds baignent dans la boue liquide, il faut faire attention aux racines qu'il y a de partout, les appuis sont très instables. C'est assez dur pour moi de trouver mon rythme sur ce genre de terrain. A ce moment la, la seule chose que je me dis c'est "pourvu que ma cheville tienne le coup". Les 2 premiers kilos se font correctement, on cours dans le bois, on traverse une rivière avec de l'eau jusqu'au genou. J'ai l'impression de recevoir une décharge électrique tellement l'eau est froide (après la fonte des neiges, il faisait 3° ce matin). Il me faudra 1 à 2 minutes pour sentir mes pieds à nouveau. Mes chaussures font "flock" "flock" à cause de l'eau accumulée dedans. Je glisse, je ralentis, j'accélère comme je peux et ou je peux. 
Rendu à environ 2,5km j'ai l'impression d'être perdue. Le sentier n'est plus balisé alors que depuis le départ il y a des cônes tout les 2m et du balisage de partout. Je vois à ma gauche la route par laquelle nous sommes arrivés, je suis toute seule et je ne sais absolument pas si je suis sur la bonne route ou pas. Le temps de me repérer, j'aurai au moins perdu 5 minutes (débile la fille ! ). Je passe au 3eme kilo, 1er ravito, je bois un peu d'eau et je vois Baptiste passer, il en est à son 7ème kilo, bientôt la fin pour lui ! Je repars et j'arrive au 5eme kilo, c'est reparti pour une seconde boucle. 


Mes chevilles ne font que twister à cause du terrain, la droite commence à me tirailler (celle ou je me suis blessée et qui m'a valu 2 mois d'arrêts cet été). A un moment elle se tord, et la gros drame, ne me dis pas que c'est déjà la fin ? Que je vais devoir abandonner et me reposer alors que la saison vient juste de commencer ? 
Plus de peur que de mal, je n'ai rien et je peux continuer. Je retrouve Baptiste au 8,5km à peu près, il fera la fin de la course avec moi et en profitera pour prendre pleins de photos (je me sens comme une Emelie Forsberg :p ). Heureusement qu'il est la, c'est dur, j'ai mal aux jambes. Le souffle est bon mais j'ai vraiment mal aux jambes et mes chaussures sont tellement lourdes avec toute cette boue accumulée que j'ai l'impression de porter des boulets à mes pieds. C'est bientôt la fin, un dernier passage dans le parcours de VTT de Bromont et me voila arrivée... dernière mais contente :) 















Je ne vous dirai pas mon temps, tout simplement car je n'en suis pas forcément fière et car je pense que cela n'a pas d'importance sur une course aussi petite que celle la. Baptiste est arrivé 5eme au scratch, en 40 minutes et quelques. Je suis fière de lui ! Et de moi aussi un petit peu. Mes chevilles ont tenu le coup, c'est une bonne nouvelle. Je suis prête à affronter la festa trail et son terrain technique après cette course. 

A bientôt pour de nouvelles aventures.. Cette fois-ci, sûrement en France ! 

Bon on a quand même eu droit à une belle vue sur Montréal au retour, sous le soleil ! 

Et allez on lave les chaussures.




4 commentaires

  1. Aaah mais c'est plus du trail là, c'est carrément un cross ! Chapeau, j'ai mal rien qu'à voir les photos !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ce n'était pas du tout un trail en fait, il n'y avait pas de dénivelé donc bon. C'était des sentiers dans les bois surtout :)
      Mes chevilles s'en sont bien remises donc ça va

      Supprimer
  2. Sur les photos, avec les bandes jaunes et les plots, on pourrait presque croire à une scène de crime des Experts O_O Sinon bravo pour ta course, ça forge le mental d'arriver au bout et cet été ça va te paraître trop facile de courir sur les single-tracks de Cham ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahahahahahahaha c'est vrai, tu m'as fais bien rire tiens !

      Oulah j'aimerai bien que ça soit trop facile de courir sur ce genre de terrain mais je ne pense pas quand même :p Merci de ton passage, à bientôt.

      Supprimer