Trail de vars


Je vais à la station de ski Risoul-Vars depuis que j'ai 4 ans. Il était donc impossible pour moi de ne pas participer au trail de Vars, premier évènement trail dans le coin. Vars a fait les choses bien, plus que bien même. Il y avait toujours de nouvelles photos du parcours sur facebook, des dossards très bien faits, une organisation au top. J'en ai eu pour mes 25€. 
La date m'allait bien en plus: le 3 août 2014 soit trois semaines avant l'OCC. 
Je me suis donc inscrite avec mon amoureux sur le 22km et 1500mD+... qui s'est transformé en 1700mD+ au briefing. 
Je ne suis pas très sereine la veille de la course, il fait moche dehors et le temps ne me donne pas envie de sortir. Je suis un peu pessimiste mais je ne sais pas trop pourquoi, peut-être parce que je commence à fatiguer et que je me stresse trop pour l'OCC.. 
Nous arrivons sur les lieux de la course le dimanche vers 8h20. On apprends que les participants du 42km et 3100mD+ sont transférés sur le 22 pour cause de météo instable. Nous sommes donc 300 à prendre le départ de la course. 
J'ai pris pour l'occasion mes bâtons histoire de les tester en course et mes nouvelles chaussures de trail : les Asics Trabuco 3 (qui sont très bien au passage). A 9h le départ est lancé et ça ne rigole pas car le parcours monte directement. On prends 400m dans la tête et je suis en apnée. Je n'arrive pas à respirer car je ne me suis pas bien échauffée et je ne suis pas acclimatée (nous sommes partis de 1800m d'altitude). Je suis dans le rouge complet et je ne me sens pas bien du tout. Nous sommes les derniers en plus mais les fermeurs derrière nous me donnent des conseils (les bâtons en montée, le souffle en montagne..Ce sont des ultra traileurs). Arrivés en haut de la petite bosse, nous entamons la descente vers le col de Vars. Ca va mieux, on trottine tranquillement car nous savons que la route sera longue. 
On traverse la route et à ce moment Baptiste me dit "on va là-haut" sauf que là-haut c'est tout en haut.. C'est à 700m de dénivelé plus haut, pour moins de 3km, autant vous dire que la pente était vraiment très  très raide. J'ai aussi beaucoup souffert dans cette montée que j'ai trouvé très dur, trop dur. Baptiste me soutient avec sa main dans mon dos et je pousse sur mes bâtons pour avancer mais j'ai le rythme d'une limace et je n'avance pas. La pente est vraiment trop raide, c'est trop dur. Nous mettrons un bon moment à monter au sommet de Paneyron à 2800m d'altitude. Le souffle est court et l'altitude se fait vraiment sentir. 

Début de la montée à Paneyron




De là, je me dis que ça va aller car on descends un peu pour remonter ensuite. Mais non ! Une descente à pic qui est elle aussi très raide donc je ne rattrape pas le temps que j'ai perdu en montée. Je me mets en position quasiment assise et je descends. Après il y aura de nouveau deux nouvelles bosses bien raides qui me tuent. Baptiste me dit que l'on atteindra pas la barrière horaire à temps alors je laisse un peu tomber mais on continue quand même. Après la seconde grosse bosse on arrive au lac aux Etoiles et on enchaîne sur les crètes. Ce passage est juste magnifique, bon on se gèle mais c'est très beau. 

La vue des crètes





Une seconde descente arrive après les crètes, celle-là est très raide aussi et j'adopte le même comportement que dans la première mais je suis fatiguée: ce trail est trop dur pour moi. Le cross du Mont Blanc j'ai trouvé ça dur mais ça allait, je pouvais monter et dans le peu de descentes qu'il y avait je rattrapais mon retard mais la c'est vraiment trop dur. Le terrain est trop technique et le dénivelé trop méchant. On enchaine avec un petit sentier très sympathique qui va nous amener vers le ravito du 17ème km ou nous sommes hors barrières horaires. 
Je dépose les armes, on nous propose de continuer mais je ne veux pas. Je préfère arrêter ma course ici. J'ai lâché quand j'ai su que nous ne passerions pas les barrières horaires. Pas fière mais pas déçue non plus car la course était vraiment très dur. Comme j'ai pu le dire sur facebook ou instagram, je ne prends pas cette course comme un échec car elle m'aura quand même apporté 17km et 1200mD+ et une autre expérience en montagne. Je me pense toujours capable de réussir l'OCC même si ça va être dur.

Petite rectification : nous avons fait 17km et 1310mD+ ! 
Rendez-vous fin août pour le prochain résumé de course


9 commentaires

  1. J'ai hâte de lire le prochain récit de course alors ! Suis de tout coeur avec toi miss !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Fanny ! J'ai l'impression que ton voyage de presse Patagonia s'est super bien passé :) Bisous

      Supprimer
  2. C'est bien de le prendre comme ça, c'est en se heurtant parfois à un mur qu'on progresse. C'était déjà courageux de prendre le départ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ce n'est pas grave, cela m'aura fait une belle balade

      Supprimer
  3. Allez, ça t'aura fait une bonne séance d'entrainement. Il est temps de décompresser, relâcher. Quelques sorties cool, quelques tandis, si tu peux un peu de vélo mais surtout, sors toi cet OCC de la tête quelques temps, tu auras bien le temps d'y penser là-bas. Je te l'ai déjà dit, je compte bien être là pour te féliciter lorsque tu franchiras la ligne à Chamonix ! Bonnes vacances!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonnes vacances à toi aussi et merci ! Et oui je décompresse, je fais de la VMA en ce moment, c'est court mais au moins cela me défoule bien.

      Supprimer
  4. Et bien mine de rien ça t'auras fait faire pas mal de dénivelé. Et tout entraînement est bon à prendre.
    Bon courage pour tes 22 derniers jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Gwendoline pour ton passage et ton soutient

      Supprimer
  5. Je confirme le message de Laurent qui est de très bon conseil.
    Ta préparation est maintenant faites. Ce que tu fais désormais est du bonus qui sert juste à se rassurer (où non).
    Comme on se l'est déjà dit, stresser est normal face à une distance qu'on ne maîtrise pas et qui paraît énorme à réaliser. Mais voilà près de un an où tu te prépares pour. Tu verras, si tu arrives détendu le jour de la course (facile à dire je te l'accorde) tu passeras une journée inoubliable et tu te surprendras toi-même de ce que tu es en train de réaliser.
    A très bientôt... Place du Triangle de l'Amitié !

    RépondreSupprimer