Parc lafontaine


La classique du parc Lafontaine est - comme son nom l'indique - une classique, une incontournable, une course qui réunit des milliers de Montréalais un dimanche matin dans le froid et la grisaille. Nous étions plus de 5000 à prendre le départ de l'une des courses proposées : un 1km pour les petits, un 2km ouvert à tous, un 5km et un 10km. Je connais bien le parc Lafontaine, j'y vais pour faire mes entraînements en ce moment surtout pour les séances de fractionnés (court et long). C'est un petit parc à cinq minutes de chez moi mais il y a de quoi faire quelques kilomètres. Je ne vous proposerai pas de courir un marathon mais pour un 5km c'est parfait. 
Le parcours du parc Lafontaine permet de faire un temps, d'exploser un chrono ou de s'initier à la course à pied pour les novices. Il est plat, avec seulement deux faux plats montants et une petite descente très courte. Il n'y a pas de difficulté particulière si ce n'est tenir l'allure que l'on s'est fixé. 

Après l'OCC, je m'étais dit que je pourrais préparer cette course. En effet un petit 5km ne peut pas me faire de mal après un 42 en montagne, bien au contraire. Cela me permettrait de travailler ma vitesse un peu, chose sur laquelle je suis pas mal focalisée en ce moment. De plus, j'ai déjà fais cette course l'an dernier (31:10', mon suuuper chrono après deux mois d'arrêts). Cependant j'ai eu droit à trois semaines d'arrêt après l'OCC pour cause de kyste poplité au genou qui m'a bien handicapé. Je ne pensais donc pas faire la classique du parc Lafontaine car je voulais faire une préparation pour essayer de courir sous les 30 minutes (mon record sur 5km). Finalement, mon genou m'a laissé tranquille un mois avant la course et j'ai pu me remettre à courir sans aucune douleur. Je me suis donc entraînée pendant un mois avec du fractionné court et long pour réussir ce 5km. 

Il est dimanche - 9h - lorsque nous quittons l'appartement avec Baptiste pour se rendre au parc. Il fait froid, c'est la première fois que nous avons une journée aussi froide depuis notre retour en septembre. L'hiver s'en vient et il se fait sentir, 6°C avec un peu de vent et de la grisaille, on se couvre bien et on enfile son buff et ses gants. Je porterai le numéro 5313. 
Le départ est prévu pour 10h15 mais est un peu retardé par les dernières personnes du 10km. Je prends le temps de bien m'échauffer et de faire quelques exercices de respiration pour éviter les points de côté et l'hyperventilation (tu parles.. un bon point de côté dès le premier kilo qui ne m'a pas quitté de la course le coquin). Je suis dans la masse de coureur devant le départ, on se réchauffe comme on peut. 

"Tuuuuuut" et les 2000 coureurs s'élancent à l'assaut de la classique du Parc Lafontaine. 

(je ne vous montre pas mes données stats en trail, ce n'est pas du tout la même chose mais ça on s'en doute)


Pour cette course, je voulais tester une nouvelle stratégie. Normalement, je pars sur le rythme que je veux faire et j'essaie d'être la plus régulière possible. Normalement j'aurai du partir sur un rythme de 10 km/h et le tenir tout le long de la course. Sauf que je me suis dis : "c'est un 5km, c'est court, tu pars vite en sur régime et tu tiens ce rythme au maximum. Si tu exploses, tant pis". Comme vous pouvez le voir sur le graphique je suis donc partie sur un rythme supérieur à 10km/h pour tester. 

Au départ tout va bien

Au km 2,5 et ça commence à monter

Au km 3


Nous sommes très nombreux et c'est dur de doubler des gens et de trouver son rythme. Les gens se marchent dessus et je double pas mal de monde sur le 1er km (c'est entre autre pour ça qu'il y a pas mal de variations de vitesse sur le graphique, beaucoup de changement de rythme notamment pour doubler, trouver ma place pour que Baptiste me prenne en photo, ne pas me faire piétiner). Je sens un point de côté qui commence à arriver. Comme je le disais plus haut, il ne me quittera pas de la course mais j'essaye de ne pas me focaliser dessus. 
Comme vous pouvez le voir, ma vitesse a diminué au 2,5km. C'est à cause de la petite montée qu'il y avait. On passe le panneau du 3ème km et je suis un peu à la pêche, la vitesse moyenne de ma montre est passée de 10,6km/h à 10,2km/h. L'envie de marcher est grande, surtout que pas mal de monde paye le départ trop rapide et marche en face de moi. "Allez Aurore, tu ne vas pas marcher sur 5km, non mais oh ! Tu te bouges un peu !" "tu as fais 42km cet été, pense à l'été prochain et à ce travail de vitesse qui va payer". L'effort est violent et le souffle saccadé, la respiration commence à se faire difficile. Le demi-tour au bout de la longue avenue casse complètement mon rythme et c'est dur de repartir (vous pouvez le voir sur le graphique au 3,5km). 

Au km 4, c'est dur.


Air rentre dans mes poumons stp !!!

L'arrivée



Le fin de la course se fera plutôt bien, ma vitesse moyenne diminue mais je reste toujours au dessus des 10km/h et je ne lâcherai pas. Je le veux ce temps sous les 30 minutes. Il reste 500m, on serre les dents. 400m, ouille ouille ouille. 300m, je suis à l'agonie mais on arrive bientôt. 200m, c'est le moment d'accélérer. 100m, je vois l'arche et je passe la ligne d'arrivée en 29 minutes sur ma montre, 29:07 au temps officiel. Je suis 59/130 dans ma catégorie (20-29 ans), 380/965 en féminine et 851/1615 au total. Ca fait longtemps que je n'ai pas fais de la route.. C'est dur !


Petite danse de la victoire alors que j'essaye de retrouver un semblant de respiration et je trouve Baptiste qui me tape dans la main avec un grand sourire. Je récupère ma médaille et je vais profiter de l'immense ravito de la course (fromage, orange, pomme, raisin, pastèque, gâteau et un jus au chocolat). 

Bref, le 5km du parc Lafontaine c'était bien. A l'an prochain sûrement, toujours sur le 5km mais cette fois-ci pour essayer de tenir une moyenne de 11 km/h (voir plus si je suis prête). 

1 commentaire