Courir en couple

Je suis une professionnelle de la course en couple (bon pas autant que les lapins runners mais quand même)

J'ai commencé à courir grâce à Baptiste mon amoureux, qui dans cet article portera le surnom de BB (ses initiales). Je suis allée acheter mes premières baskets avec lui, j'ai fait mes premières courses avec lui, mes premiers entraînements avec lui (quoique je mens un peu, la première fois que j'ai vraiment couru, c'était avec ma belle mère, la mère de BB, allias @quichedequiche sur instagram pour les intimes, 20 minutes de footing pour 3 km l'été 2012). BB m'a suivi sur mes courses cet été et m'a encouragé. 
Bref, j'ai fait beaucoup de choses avec BB. J'ai eu pleins de beaux moments avec lui mais aussi pleins de disputes, sûrement plus de disputes même. Mais je vous rassure, on s'aime toujours autant. Cependant, soit nos sorties ensemble se passent bien, soit elles se passent très mal.

Il faut savoir que BB et moi n'avons pas du tout le même niveau en course, alors que monsieur vaut 38 minutes sur 10, moi je fais à peine moins d'une heure. Il est aussi plus endurant que moi et se fatigue beaucoup moins vite. Il a toujours fait du sport, il a cela dans ses gènes. Alors quand je l'ai accompagné sur ses premières courses et que je l'ai vu courir, j'y ai pris goût moi aussi et je me suis lancée. En mars 2013, il m'accompagnait sur mon premier 5 km à la Grande Motte.

En mai, il m'a accompagné sur mon premier 10 km à Nîmes. Je m'en rappellerai toujours, j'avais comme objectif de faire 1h et il me criait sur la fin "allez" "allez" "allez" il me le répétait tellement en boucle que j'ai du lui demander de se taire. Quand il a vu que je pouvais passer sous les 1h, il m'a attrapé et m'a tiré (j'ai faillit glisser sur le parvis des Arènes de la ville de Nîmes avec le sol trempé) et j'ai passé la ligne d'arrivée en 59:59, temps que je n'aurai pas fait sans lui.



Entre temps, nous avons fait quelques petites courses natures ensemble.


J'ai aussi fait mes premiers duos nocturnes avec lui et ma première blessure. Une belle entorse de la cheville au km 5 du duo nocturne de Ledenon fin juin. Alors que BB me criait de continuer, que ce n'était pas grave avant de se rendre compte que je m'étais vraiment fait mal, on a abandonné. Alors on a marché, pendant plus d'un km pour récupérer la route. Il me rassurait, me disait d'arrêter de pleurer et que ce n'était pas grave. Il voulait m'emmener à l'hôpital mais j'ai dis non, je savais que ce n'était qu'une entorse car je pouvais marcher dessus.


J'en ai fait des courses avec BB surtout quand j'ai commencé la course à pied et le trail. Puis, naturellement, je me suis retrouvée à avoir mes propres objectifs et lui les siens. Pas forcément le même entraînement, les mêmes courses... Notre arrivée à Montréal a joué pour beaucoup aussi, on ne s'entraîne plus dans un club, chacun fait son entraînement en fonction de ce qu'il veut faire ou de ce qu'il prépare. BB avait un objectif l'an dernier et l'a réussi, il s'est beaucoup donné pour ça tandis que moi l'an dernier je voulais faire de la montagne.
Mais cela ne nous empêche pas de nous retrouver le temps d'une sortie ou d'une course. Ainsi, il m'a accompagné sur le trail de Vars cet été et m'a poussé dans cette longue montée qui n'en finissait plus. Il m'a aidé dans les descentes, il était là quoi et cela me suffisait.


Il était présent quand j'ai fait le cross du Mont Blanc, il m'a beaucoup encouragé et a passé la ligne d'arrivée avec moi. Il était aussi la quand j'ai fait l'OCC et c'est lui qui a séché mes larmes.


Il est aussi présent quand il s'agit de faire des courses plus funs, des courses qu'il n'aime pas particulièrement mais il joue le jeu pour me faire plaisir. On a fait la course apocalypse de Montréal ensemble pour Halloween et nous sommes inscrits le 9 mai à la Color me Rad de Montréal.


Tout cela pour dire que ça a quand même ses avantages de courir en couple et si vous en avez l'occasion, n'hésitez pas. Même si vous n'avez pas le même niveau, il y aura forcément une adaptation de la personne qui va plus vite mais cela lui fera plaisir de vous accompagner. Ne faîtes pas comme moi, ne râlez pas "tu en as marre de moi" "je ne cours pas assez vite". Il faut travailler sur ça, BB doit travailler dessus aussi. Retrouvez vous le temps d'une course ou d'un entraînement, trouvez vous un petit objectif commun si vous le pouvez et juste prenez du plaisir à deux car c'est le plus important.
De plus, si vous êtes moins bonne que votre moitié, profitez en pour qu'il soit votre moteur et votre motivation. Demandez lui de vous accompagner sur une course par exemple, il pourra jouer votre lièvre et vous aider à passer la ligne d'arrivée en un temps qui vous convient. Si votre moitié ne court pas, essayez de le/la motiver à faire une petite sortie avec vous pour qu'il/elle puis découvrir votre sport. Si cela ne lui plaît toujours pas, essayez autre chose. Trouvez vous une activité commune, quelque chose qui vous fait vibrer.
Un autre avantage aussi est le fait de pouvoir courir accompagnée. A Montréal, je ne crains rien quand je vais courir car c'est une ville sécuritaire et je suis en plein centre mais si j'habitais perdue au fin fond de la France, je n'irai pas courir toute seule. C'est plus sécuritaire de courir avec quelqu'un et on se sent mieux, on est plus détendu.

Après, c'est toujours bien de garder ses propres objectifs et d'aller courir en solo de temps en temps. La course à pied et le trail restent des sports d'évasion, on à le droit de vouloir garder ce moment pour soi.



Je crois que j'aime la course à pied car cela me fait partager. 

Je partage ce sport que j'aime. J'aime faire une course avec quelqu'un, que cela soit un ami ou de la famille. En plus, je suis la moins bonne à chaque fois donc cela me pousse à me dépasser.

Au passage du relai sur le marathon de l'Hortus l'an dernier avec une très bonne amie

Avec une très bonne amie sur le marathon de l'Hortus en relai en mai 2014, accompagnée de BB et sa soeur 

Avec la mère de BB sur la Cécelienne en mai 2013

Avec une amie de longue date sur le duo nocturne de Ledenon cet été

Et vous, courez vous avec votre amoureux/euse ? 
Aimez vous partager ou préférez vous les courses en solo ?

15 commentaires

  1. Mon homme n'aime pas courir, mais de temps en temps, il m'accompagne en vélo et ça me fait autant plaisir que s'il courait avec moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'imagine, cela te fait un soutient :)
      Bonne journée

      Supprimer
  2. C'est beau cet article Aurore. Félicitation pour concilier la vie de couple et la course. Moi mon chum commence à aimer courir, alors ça s'annonce bien pour moi car il a de plus en plus envie de m'accompagner. Pendant la saison de ski de fond, il ne fait que du ski cependant. Mais on s'arrange bien car on va on Mont Saint-Bruno, moi je pars courir de mon côté et lui il fait du ski à son goût et à sa vitesse. Ainsi, on fait chacun ce que l'on aime puis on se retrouve après et on rentre ensemble à la maison tous les deux contents.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Julie et merci pour le partage. Oui c'est ce que je vois sur ton Facebook, il s'est même inscrit à une course non ? C'est super en tout cas, tant que chacun y trouve du plaisir !

      Supprimer
  3. Quel complicité qui se dégage sur les photos où tu es accompagné de ton chéri !
    Pour ma part, j'en ai toujours rêvé de pouvoir partager la course avec mon copain, malheureusement ça ne lui dit pas vraiment --" Je fais sans mais après t'avoir lu, je vais peut être essayer de le pousser dans cette direction quand même :p A suivre, lol.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Essaye peut-être de lui proposer une sortie histoire qu'il se fasse au moins une idée, au sinon il peut peut-être t'accompagner en vélo s'il en a un. Tu me tiens au courant :p
      Bisous et merci de ton passage

      Supprimer
  4. Quel bel article! Je prends beaucoup de plaisir à te lire!
    Je m'expatrie au Québec en aout prochain, je ferai mes premiers trails là bas, nous aurons peut être l'occasion de nous croiser sur certaines courses!
    J'admire le fait que tu arrives à te "lancer", moi je cours depuis trois ans et je n'ose pas encore... Je vais profiter de cette année au Québec pour enfin relever les défis qui m'attendent!
    Je vais surement faire un blog de mes aventures sportives au Canada, je pourrais te donner l'adresse lorsque je saurai m'en dépatouiller, si tu le souhaites bien sur.
    Belle continuation en tout cas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Aurélie, c'est vraiment gentil. Oui, tu as déjà une idée des courses que tu comptes faire ? Je serai à l'UTHC le 19 septembre moi. Avec plaisir l'adresse de ton blog, n'hésites pas à me la communiquer. J'ai moi aussi un blog sur mon aventure au Canada, le voila : http://caribouxsiropderableandco.blogspot.ca

      Oses alors, il faut prendre des risques de temps en temps, la victoire n'en sera que plus savoureuse ! Merci de ton passage et à bientôt

      Supprimer
  5. Deux blogs! Et bien, tu es une vraie pro! Ca fait une semaine que je m'acharne sur le mien sans en être satisfaite.
    J'envisage de faire le 28km de l'UTHC, mais je ne suis pas sure d'en être capable. Sinon, le 10 pourrait me convenir à coup sur. Néanmoins j'hésite beaucoup à m'inscrire si longtemps à l'avance puisque je serai à Rimouski et je ne suis pas assurée d'avoir un moyen de locomotion pour me rendre jusque sur le lieu de la course.
    Je vais jeter un coup d'oeil sur ton autre blog et tiens au courant pour le mien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis inscrite sur le 65 et je n'ai jamais couru plus de 42 km, je ne sais pas si j'en suis capable mais bon ... faut se lancer ;) D'acc, à bientôt

      Supprimer
  6. J'avais également l'intention d'écrire un article à ce sujet sur mon blog car moi aussi, je cours très souvent avec mon amoureux. C'est moi qui lui ai fait connaître les joies et les souffrances (^^) de la course à pied mais on se soutient mutuellement lors de nos entraînements et de nos compétitions. Je pense que je ne serais pas aussi motivée sans lui. Nos sorties se passent toujours bien. Il nous arrive de râler mais on ne s'est encore jamais disputé. Ce n'est pas dit que ça ne nous arrive pas un jour ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au pire, ce n'est pas bien grave une dispute mais tant mieux si cela ne vous arrive jamais :)
      Comme tu dis, les joies et les souffrances, cela résume bien notre sport. Merci de ton passage et à bientôt

      Supprimer
  7. J'ai découvert ton blog la semaine dernière et j'en suis fan. Je suis en train d'essayer de passer au trail. :-)

    J'ai le même "soucis" que toi : l'amoureux court plus vite.
    Pour l'instant, on fait nos courses ensemble car il y tient, mais ça me gène car je sens qu'il en a sous le pied ; mais ça m'a permis de me rendre compte que je pouvais aller plus vite aussi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci c'est gentil. C'est super, j'espère que tu vas aimer le trail, cela change tellement de la route.

      Cela peut être un avantage comme un inconvénient oui. Et comme tu dis, cela te pousse à aller plus vite !

      Supprimer
  8. Salut Aurore, moi aussi je cours régulierement avec mon homme, parfois c'est agreable et parfois c'est prise de tete mais au final on y retourne toujours. Moi aussi il est plus rapide, mais comme il commence à faire de l'ultra trail ça l'aide à ralentir son rythme. Parfois on fait des courses ensemble, parfois on est supporter de l'autre. Mais c'est un avantage de pratiquer le même sport, beaucoup nous envie. Sportivement Elle & Lui

    RépondreSupprimer