Campuget 2015

Un dossard à l'improviste sur cette course que j'ai déjà faite en mars 2013 alors qu'il pleuvait la mer et les poissons. Dans les vignes aux alentours de Nîmes, une course nature de 5km400 assez plate qui permet de faire un peu de vitesse. Cependant, les appuis ne sont pas très stables mais il faut juste y faire attention. Une autre course la veille mais c'est bon, je suis prête et mes jambes aussi. Un petit 5km, cela va les dérouiller un peu.


Pas le temps de comprendre ce qui se passe qu'on entend le pistolet lancer le départ de la course. Je sursaute. Je mets mes écouteurs et je lance ma montre en passant l'arche de départ. J'essaye de me frayer un chemin parmi les 130 coureurs, la poussière se soulève sous nos pieds. Je me cale rapidement sur un rythme qui me convient, 10,5 km/h. La course est roulante mais en plein soleil. Il fait une grosse chaleur dans ces vignes mais étrangement je n'ai pas si chaud. Je suis bien même, dans ma tête et dans mes jambes. Les km défilent et se ressemblent, le paysage n'a pas un grand intérêt surtout pour nous - Sudistes - qui traversons les vignes au quotidien. Le soleil commence à bruler la peau mais je me concentre et la musique rythme mes pas. Je n'entends rien, même pas mon souffle. 
J'ai mal au coeur mais je n'ai pas de point de côté, pour une fois. Je n'entends pas non plus les encouragements des gentils bénévoles au bord du chemin qui doivent mourir de chaud sous ce soleil. 
Je suis dans ma bulle, je ne pense à rien. 

Au départ


J'aime cette sensation de légèreté car même si j'ai mal, je suis bien. Je me vide la tête et mon esprit est reposé.. Sur un 5km c'est étrange non ? Mon rythme diminue mais je continue et je décide d'accrocher les deux filles devant moi. Je resterai environ 500 mètres derrière elles avant d'accélérer et de les doubler dans un virage. Je ne les reverrai pas avant la ligne d'arrivée. J'arrive au ravito du km 3,5 mais je n'ai pas spécialement soif malgré la chaleur. Je prends donc un verre d'eau et me le verse sur la tête, cela me fait un bien fou. 
Je ne perds pas de temps et je repars. La suite du parcours n'est pas bien différente du début, nous longeons des vignes et je trouve que certaines lignes droites sont particulièrement longues. Au km 4, le 5 et le 10km se séparent et le premier du 10km me double alors que je prends à gauche et lui à droite. Bon courage, il t'en reste 6. Sur la fin de la course, je commence à être dans le dur. Nous entrons dans un bois et je remercie les organisateurs pour ce petit coin d'ombre. Je retrouve Baptiste qui m'encourage et je fais le yo-yo avec deux personnes qui alternent marche-course. Je veux les doubler d'ici la ligne d'arrivée. L'une des deux personnes s'incruste sur la photo que Baptiste prend, je trouve cela dommage mais tant pis. Nous sortons rapidement du bois avant de se retrouver devant une longue ligne droite, la dernière. Je double les deux personnes. 

L'entrée dans le bois

Km 5


Au bout de la ligne droite, nous prenons 2/3 virages et je me demande dans combien de temps est l'arrivée. Je la vois, elle doit être à 30 mètres. J'accélère et une fille me double au sprint sur ma droite - je ne l'avais pas du tout vu venir, je l'ai doublé dans un virage il y a un petit moment -. 

Je passe la ligne d'arrivée en 33:48 avec le sourire. Je me classe 3eme espoir féminine sur 4 et 82/128 au classement général, 31/61 féminine. Je bois un peu et je vais encourager Solène, la soeur de BB qui va terminer la course. Nous attendrons plus de 2h pour que je puisse recevoir mon lot, pour le coup c'est long. Mais je suis contente, je repars avec une grosse coupe et un bouquet de fleurs. C'est la seconde fois que je monte sur un podium et c'est toujours autant d'émotions, d'être contente de soi. 


A très bientôt ! 

2 commentaires