Gérer la blessure


talon d'Achille douleur, blessure course a pied, gérer la blessure

Gérer la blessure 

(Article écrit par BB)
J'ai voulu faire ce petit article qui traite de comment gérer la blessure et comment la surmonter. Certains le vivent mal, d'autres voient ça comme une phase plus ou moins inévitable chez n'importe quel coureur et d'autres carrément en profitent pour faire autre chose, se ressourcer et se reposer. Il s'agit ici d'un article très personnel, je n'ai pas fait de recherches poussées et je ne suis pas kiné ou osthéo (étudiant en Ressources Humaines) - car oui tous les jeunes qui font du sport ne rêvent pas forcément de devenir kiné ou coach -.  


Trouver les causes de la blessure

Ce premier aspect me semble primordial pour bien guérir et éviter de futures blessures. Être blessé n'est pas normal, si on l'est il y a forcément des facteurs externes (surcharge de travail, trop de stress, conditions climatiques, type de terrain sur lequel on s’entraîne etc.) et des facteurs internes (sur ou sous-motivation, sur-entraînement, manque de régularité dans la pratique, objectifs trop hauts etc.) qui nous ont amenés à la blessure. Pour moi il est donc important d'arriver à trouver les causes de la blessures afin d'en tirer des leçons. C'est en tout cas la première chose que j'ai fait en rendant mon dossard à l'UTHC et j'en parle d'ailleurs dans mon article, pour moi cela a vraiment été l'irrégularité dans mon entraînement qui m'a amené à me blesser. 


En profiter


J'ai quand même eu de la "chance" (entre guillemets hein !!) car même si mon genou m'a privé de l'objectif de l'année (UTHC 65km en septembre 2015), c'est quand même arrivé en fin de saison. J'en ai donc tout de suite profité pour faire ma coupure annuelle, mais totale pour moi. Et ça fait du bien ! Une bonne semaine sans aucun sport et depuis j'ai repris la musculation et je m'entraine sérieusement à nouveau. Il faut donc savoir en profiter et faire les choses que l'on aime, surtout si comme moi vous êtes en fin de saison. En début de saison ou en plein dedans il va falloir être plus intelligent, solliciter l'aide de médecins du sport et continuer à travailler mais différemment. Mais là moi j'en ai profité, je suis sorti un peu plus souvent et je me suis permis plus de choses. Attention cependant, si vous avez tendance à prendre du poids il va falloir limiter cela car la reprise risque d'être plus dure surtout selon où vous êtes blessé. 

blessure coureur genou, course a pied


Faites d'autres sports ! 


Bon oui il y a les fameux sports portés et des fois en regardant les réseaux sociaux ou en lisant les magazines on a vite l'impression que si tu es un coureur et que tu ne fais pas de vélo ou de natation tu vas rater ta vie ! Mais si comme moi, nager se transforme vite en panique dans l'eau et que tu as plus l'impression de lutter pour ne pas couler et que ton vélo est celui de ton grand-père qui a au moins 20 ans (même si c'est un magnifique Colnago vintage avec la selle Brooks en cuir), et bien sache qu'il existe d'autres sports ! Mais si je t'assure ! À toi de trouver ce qui t'allume, qui te donne envie et que tu peux pratiquer facilement. Et même si c'est, a priori, incompatible avec la course. J'ai donc choisi la musculation car j'ai la chance d'avoir une belle salle quasi gratuite dans mon université (même si pas si con que ça, je sais que mes frais de scolarité servent à la payer). Je rêve de faire des squats, fentes, burpees ..... mais sur un genou ça le fait moyen. Je muscle donc le haut de mon corps que j'ai vu fondre petit à petit depuis que j'ai arrêté le tennis. Et même si je prends un peu de poids je m'en moque. Au moins je fais quelque chose et je suis sûr que ça me servira. 


Savoir s'entourer


Savoir s'entourer ? C'est cucu un peu comme sous-titre non, voire même un peu cliché mais désolé je n'ai pas réussi à trouver mieux... Car oui, quand on est coureur, mais je pense que c'est valable dans n'importe quel sport, on connaît tous quelqu'un qui a couru une seule fois dans sa vie si ce n'est jamais mais qui connaît tout à ce sport. Et c'est à ce moment-là où tu lui dis que tu es blessé et qu'il va te sortir cette phrase qui tue "Je te l'avais dit". Et c'est exactement le genre de phrase que l'on n'a pas besoin d'entendre et donc le genre de personne à qui il vaut mieux éviter de dire que l'on est blessé. J'ai de la chance, j'ai des parents qui m'ont toujours poussés à faire du sport et qui maintenant courent eux aussi (ils sont même marathoniens !), mes petites sœurs font elles aussi de l'athlé (puis ça court vite!) et ma copine court (beaucoup et elle a des objectifs et des rêves qu'elle réalise beaucoup plus vite que moi !). Je suis donc bien entouré à ce niveau là. Mais tout le monde n'a pas cette chance. Je ne suis plus sur Instagram mais pour y avoir été il y a une grande communauté de coureurs qui pourront vous aider à traverser ça (attention il y a aussi des "je sais tout" comme partout). Bref pour moi savoir s'entourer et avoir des personnes qui connaissent la course à pied et donc la blessure, est important. 

Eviter la dépression


Houla encore un autre sous-titre comme ça et je suis bon pour finir psychologue des coureurs blessés je pense ! Oui car j'ai lu sur internet que certains coureurs, ne pouvant plus courir, partent en dépression car c'est tout leur monde qui s'écroule. Mais de nature optimiste, je suis sûr qu'en faisant ça on peut éviter ou tout du moins diminuer ce mal être. En tout cas pour moi cela a fonctionné, j'ai réussi à faire le tour du "pourquoi du comment" je me suis blessé, j'ai remplacé la course par autre chose et j'en ai parlé, d'abord avec les coureurs qui ont aussi abandonné cette course, puis avec Aurore, avec mes parents et ça fait du bien ! 


 Et vous, comment vous gérez cette période ?

Un prochain article viendra sur comment éviter la blessure et soigner les petits bobos classiques du coureur 

blessure course a pied genou

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire