Ultimate XC


En tirer des enseignements pour mieux rebondir. La course à pied est ma passion, mais ce n'est pas ma vie. Je ne vis pas course à pied, je ne dors pas course à pied et je ne mange pas course à pied. Je cours au gré de mes envies et mes sorties se font aux sensations, tout comme mes courses.
Or en ce 25 juin 2016, les sensations n'étaient pas présentes ou du moins si, mais le corps lui ne suivait pas.
Nous nous sommes rendus avec BB et sa soeur au Ultimate XC, un week-end de course de deux jours à St-Donat de Montcalm, proche de Mont Tremblant qui réunit le gratin Québécois du trail. Plusieurs formats sont proposés sur ce Ultimate XC : un 11km, 13km, 22, 38, 60 et même un 120km. Je suis inscrite au 38km depuis plusieurs mois, bien avant l'inscription au marathon d'Ottawa et je trouvais cette distance parfaite pour préparer l'OCC qui est fin août. Je savais qu'en m'inscrivant au marathon d'Ottawa qui se tenait trois semaines plus tôt, j'allais souffrir au Ultimate XC car je n'aurai pas récupéré l'intégralité de mes jambes et je ne me serai pas forcément entraînée en fonction. 

Balade de la veille, 4km et 200mD+ pour ce beau spot ! 

Avec Éric, autre WAA expert qui a couru et terminé le 60km

J'ai donc pris le départ de ce 38km et 1500mD+ en un samedi matin chaud mais supportable. Je monte dans la navette - ce bus jaune scolaire - qui m'amène au départ à 8h et j'arrive à 8h25. À peine le temps de sortir du bus et de me dégourdir les jambes, de faire capter ma Suunto que le départ est donné. Toute la meute de coureurs habillés pour la plupart en Salomon s'élance dans ce chemin de terre sec en faux plat montant sur 400m. Je suis le groupe et décide de ne pas partir trop vite afin de ne pas griller mes batteries dès la première montée de 150mD+. Une première petite bosse avant la seconde, qui elle fait un bon 400mD+ jusqu'à la montagne noire. 
Cela bouchonne au bout du sentier car nous nous enfonçons sur un single track qui longe un ruisseau. Nous les coureurs laboureront la terre déjà bien humide avec nos pieds et nous essayons de nous frayer un chemin dans ce petit sentier montant. Il y a beaucoup de branches, de racines et de cailloux et il faut vraiment faire attention à où poser ses pieds. Je me fais doubler par pas mal de monde mais je laisse passer, fair-play, cela ne sert à rien de bloquer. Je m'accroche cependant aux gens devant moi et j'avalerai rapidement cette première montée qui se terminera par de la pierre lisse mouillée. Je ne vous dis pas comme je glisse dessus avec mes Asics Fuji Trabuco. 

Une petite descente et je me retrouve rapidement au premier ravitaillement au km 2,5. Je prends quelques oranges et je remplis mon camelback Oxsitis mais m'énerve contre la fermeture de la poche à eau qui joue des sienne. Je n'ai pas le temps pour ça et je repars alors que la dernière arrive avec les fermeurs. Passage sur un petit ponton au bord d'un lac, tape dans la main d'une petite fille avant de m'enfoncer à nouveau dans cette fôret Canadienne qui va m'engloutir, le prochain arrêt est la montagne noire au sommer de cette côte. Le sous-bois est humide et je commence à rapidement avoir les pieds pleins de boue. J'ai souvent des arbres à embrocher, je me râpe un peu les fesses. Je suis déjà toute égratignée des trois premiers km, je me suis prise une belle branche dans la jambe lors de la première montée qui me laissera un joli bleu et je me suis ouverte au bras. Rien de bien méchant mais de quoi piquer avec ma transpiration qui coule. Il commence d'ailleurs à faire bien chaud dans ses sous-bois, on doit avoisiner les 30 degrés et le taux d'humidité est élevé comme pas possible. 
Je ne vous parle pas des mouches qui mordent et des moustiques à gogo. Chaque coureur en a une dizaine qui tourne autour et cela en devient juste insupportable. À choisir entre la chaleur et les moustiques, retirez-moi les moustique ! Je ne suis plus capable de ce "bzzzzzzz" constant dans mon oreille, je passe mon temps à bouger mes mains autour de ma tête surtout en montée car je marche et j'en éclate sur mon visage. Je m'en sortirai avec une dizaine de piqûres sur les jambes, deux derrières les oreilles et sur les bras. Ma faute aussi, j'ai oublié de me mettre de l'anti moustique alors que je savais très bien qu'il allait y en avoir. 

Photo prise par Eric, WAA expert 

Finalement, la montée à la montagne ne sera pas bonne et m'achèvera. Je me rends rapidement compte que j'ai du mal à avaler ces 400mD+, le physique ne suit pas et le mental entame sa descente vers les méandres lui aussi rapidement. Je me traine des pensées négatives alors que j'ai à peine fait 10km et je me dis même que je ne vais pas faire l'OCC car je suis soulée. J'en ai juste marre. Je n'ai pas de jambes, les moustiques je ne suis plus capable et je n'avance pas. La dernière me double et j'essaye de l'accrocher mais j'ai juste pas de jus. J'ai aussi bien amoché mon mental au marathon et je crois que je ne suis pas capable de remettre ça aujourd'hui. Je me trouve des excuses, je suis faible. On me dit souvent que j'ai un gros mental mais c'est faux car ici je prends la décision d'abandonner rapidement. Je suis tannée, je veux rentrer au bercail et aller me nettoyer dans l'eau du lac. La montée à la montagne noire avec ses 400mD+ sera un long chemin de croix parsemé de pauses et de bla bla avec les fermeurs, de boue et de moustiques. Passer dans le lac avec de l'eau jusqu'au dessus des genoux me fera le plus grand bien et me permettra de me rafraichir. La descente de la montagne noire est un chemin en plein soleil et même s'il fait chaud, la vue offerte sur les étendues Canadiennes à perte de vue me fascine. Le Canada comme je l'imagine. 


Je prend la décision d'abandonner au ravitaillement du km 14 car je n'ai juste plus envie de continuer. Cependant, les secours vont mettre du temps à arriver alors avec un autre concurrent qui abandonne aussi, on décide de se rendre au ravitaillement suivant qui se trouve 2km plus bas. On marche-trottine et on discute. On arrivera rapidement au ravitaillement et on sera évacué en quad jusqu'à la route. Pas de passage dans le Vietnam pour moi, pas de passage de la ligne d'arrivée aujourd'hui pour mon premier trail de 2016. Vous me direz que ce n'est pas de bon augure mais l'an dernier j'avais abandonné sur mon premier trail 2016 pour cause de coup de chaud et j'ai quand même terminé mon objectif de l'année qui était l'UTHC 65km. Alors je ne me démonte pas, ce n'est que partie remise. En tirer des enseignements pour mieux rebondir. 

Récup' du dimanche 

Finalement je participerais bien à l'OCC mais j'arriverais entrainée. Étant donné que je n'ai pas terminé ce 38km, je vais devoir faire une sortie longue qui s'en rapproche pendant le mois de juillet. Ce que je garde de ce week-end de course au Québec c'est un super beau t-shirt ainsi que la place de BB sur sa course, 10/278 du 22km et 900mD+ en 2h29, tirant la première féminine sous les 2h30. Ce fut un beau week-end, nous avons fait une belle balade la veille au parc national du Mont Tremblant et j'aurai fait 20km et 800mD+ au total sur deux jours, toute expérience est bonne à prendre. Je suis aussi contente d'avoir pu rencontrer de nouvelles personnes d'instagram comme Tiguy ou encore voir des connaissances pendant et après ma course. 


A très bientôt les amis ! 

8 commentaires

  1. "le gratin Québécois du trail"... le gratin peut-être, mais l'élite était à l'UTMA ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui beaucoup de coureurs d'élites étaient à l'UTMA ce qui se comprend car c'est une très belle course (j'ai fait le skymarathon l'an dernier). Après il y avait aussi du niveau sur l'ultimate XC mais j'entendais gratin par le "monde" en général, il y avait beaucoup de têtes connues du trail québécois (puis on s'entend qu'on étaient beaucoup plus nombreux qu'à l'UTMA) :)

      Supprimer
  2. Ce n'est en effet pas grave d'abandonner, il y a des choses bien plus importante ou grave dans la vie. Repose et toi reprends juste le plaisir de courir :-) J'adore la photo avec les biches :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien vrai, merci Rohnny :) Un beau moment avec ces petites bêtes au parc Omega !

      Supprimer
  3. Tu vas me dire que tu n’as pas un gros mental après avoir réussi à aller au bout d’un marathon dans les pires conditions possibles ?!
    Là, ça l’a juste pas fait et c’était pas un simple 10 km sur route !
    Je n’ai aucun doute sur ton objectif prochain que tu prépares très sérieusement (contrairement à cette course qui n’était pas ta priorité) ;)
    Et bravo a Baptiste purée !
    Allez Go pour l’UCC championne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais pas un gros mental sur cet Ultimate XC car si je l'avais eu, je n'aurai pas abandonné. Ce n'est pas moi d'abandonner juste parce que "j'ai mal aux jambes". Merci pour les encouragements :D Et oui Baptiste a bien tourné sur sa course !

      Supprimer
  4. Les conditions (surtout les moustiques!) n'étaient pas réunies. mais tu as pris le départ et comme tu le soulignes, toute expérience est bonne à prendre.
    Bonne prépa pour l'OCC, bon courage!

    et félicitations pour ton blog. Il est plein de fraicheur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les moustiques ayoye ils étaient tellement intense !

      Merci beaucoup Gaelle pour l'OCC et le gentil commentaire sur mon blog, ça fait plaisir de lire ça :D

      Supprimer