Renoncer


Ce n'est pas facile de renoncer à son objectif de l'année .. et pourtant je n'ai pas le choix. Ça me fait vraiment de la peine, surtout que je vous en avais parlé comme étant l'objectif de mon année dans cet article. Je voulais courir ou du moins tenter mon premier ultra trail cette année sur le 100km de l'UT4M mi-août. Cependant, mon genou se remet à peine de ma tendinite (TFL, syndrome de l'essuie glace) et j'ai encore des douleurs en descente.
Je n'ai pas dépassé la barre des 7km pour le moment, ce n'est donc pas raisonnable de prendre le départ de cette course. 

Normalement, je suis « audacieuse » à ce niveau-la, j'ai tendance à m'inscrire sur des courses à la dernière minute, à décider de faire un marathon 1 mois avant la course, à me lancer sur un 50km sans expérience... Mais pour le coup, je préfère ne pas m'inscrire et ne pas être déçue. Car je sais que si j'y vais, je vais souffrir car je n'aurais pas l'entrainement dans les jambes. Quand je n'ai pas les jambes, je n'ai pas la tête qui suit. Mais surtout, je ne veux pas me blesser encore alors que je commence à peine à reprendre la course à pied après bientôt 3 mois de pause. 

Des ultra-trails, il y en aura d'autres. Je sais que je ne dois pas être déçue, que je suis jeune et tout ce qui va avec, que j'ai le temps mais la déception est quand même présente car j'avais articulé ma saison en fonction de cet objectif. Je n'ai pas participé au LUT, je ne sais pas si je vais terminer le cross du Mont Blanc dans 10 jours, j'étais inscrite aux 40km du trail des passerelles de Monteynard que je ne vais finalement pas pouvoir courir vu que la distance est trop longue... C'est une saison qui s'effondre !

En trail, il faut savoir être audacieux mais aussi raisonnable et c'est dans ce genre de situation que renoncer devient important. On pourra se donner toutes les excuses possible, finir la course en rampant mais cela ne servira à rien sauf à se dégouter pour de bon de ce sport que l'on aime tant. Le corps n'est pas prêt après une blessure, il n'est pas prêt à encaisser une grosse distance ou un gros dénivelé. Il s'est reposé pendant plusieurs mois. Les muscles ne sont plus ce qu'ils étaient et les tendons ont besoin de remise en forme. Il faut reprendre progressivement pour éviter que la douleur ne revienne.

Photo prise dans le Pilat

Il existe un certain acharnement chez le coureur à pied, acharnement qui le pousse à continuer l'entrainement malgré la blessure et à faire sa course. Mais à quel prix ? Si ce n'est celui de devoir s'arrêter 2 mois supplémentaires car on a trop poussé la machine. Comme je le dis dans de nombreux articles, la course à pied ce n'est pas la vie et cela doit rester un plaisir et une passion. 

Alors je me dis que des courses il y en aura d'autre, que mon premier ultra ne sera pas cette année mais l'an prochain et que j'aurai ma revanche. En attendant, je planifie déjà mon début de saison 2018 avec un ultra en vue. Affaire à suivre. 

Ne pas déprimer, c'est le plus important. 

Et vous, comment gérez vous ces périodes de blessure ?

(ps : cela fait un petit moment que je n'ai pas posté ici, j'étais en mission humanitaire aux Philippines pendant 1 mois puis en vacances en Indonésie. Je vous prépare pleins d'articles pour mon retour)



4 commentaires

  1. Foutu TFL ! �� As-tu parler de ça à ton ostéo (pour anterioriser tout ça comme il dit) et à ton podologue (pour rééquilibrer tout comme il dit) ... Pour moi ça a super bien fonctionné même si je cours toujours à ma genouillère ZAMST mais ça, c'est uniquement pour l'effet psychologique et ça marche aussi ! ��
    Bon courage et prompt rétablissement ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu dis foutu TFL :( Le seul truc que je ne voulais vraiment pas en parler !

      Oui j'ai fait l'ostheo, ça fait du ben mais rien de fou. Pour l'instant ce qui marche le mieux c'est vraiment la genouillère ZAMST que je vais tester ce week-end sur le cross du mont blanc.

      Affaire à suivre et merci du soutien !

      Supprimer
  2. Je peux comprendre la frustration, mais comme tu dis si bien le running c'est avant tout un plaisir. Il faut savoir être patient et raisonnable parfois. Je te souhaite bon courage, je suis certaine que le fait de devoir patienter un peu plus te fera encore plus savourer cet ultra :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai du mal à être patiente et raisonnable surtout quand mon objectif me passe sous le nez à cause d'une blessure :( Ce n'est pas simple.

      Merci en tout cas ! :)

      Supprimer