Trail Drome 2018


Un dossard pris à la dernière minute et me voilà un dimanche matin à Buis-les-Baronnies au départ du 14km et 750mD+ du trail Drôme, la «petite» formule de cette journée sportive. La veille j'ai fait tourner les jambes sur les hauteurs de la ville et elles ont plutôt bien répondues. J'ai donc hâte d'en découdre avec ce parcours qui a l'air magnifique et offrant de beaux points de vues sur le mont Ventoux. 

Photo organisation

Le départ est donné à 8h30 et nous partons dans les rues de Buis-les-Baronnies, à l'assaut de la première et presque seule côte du parcours qui fait 600mD+ sur même pas 5km, soit une côte à 15% de moyenne. J'arrive à courir environ 75mD+ car c'est principalement du faux plat montant sur de la route. Je me fais doubler en masse, mais j'en ai l'habitude et je prends le temps. Même si le coeur est déjà au niveau des poumons, je me dis que je vais tout donner dans cette montée sachant que les 3/4 ensuite sont uniquement de la descente. Nous rejoignons un monotrace et cela bouchonne (petit bémol). A partir de cet endroit, la course commence vraiment à monter, on ne peut plus courir et il faut mettre ses mains sur ses cuisses pour avancer à un bon rythme. Je retrouve ces sentiers que j'aime tant avec le soleil, les cailloux et ma très chère garrigue. J'essaye de maintenir le cap et j'arrive à tenir une moyenne de 5km/h, je passe au 500mD+ en 1h. Je suis au taquet depuis le départ, mais après un bon mur bien long, nous avons droit à une petite portion de plat avant que cela ne monte un bon coup à nouveau. Le majestueux Ventoux nous fait face sur une bonne partie du parcours et c'est vraiment très beau. Je me régale même si j'ai le coeur au niveau du cerveau. Je suis même assez contente de mon rythme, mais un petit coup de bambou va venir casser un peu tout cela au bout de 5km, sur la dernière portion de la montée. Il me reste environ 100mD+ mais je me traine jusqu'au sommet et je me fais doubler assez souvent. 

Photo organisation

Photo organisation

« Ca y est, ça descend ? Oui vous y êtes ! Yesssss » 

Un petit cri de joie et c'est parti. Je déroule les jambes et me laisse porter dans cette portion assez raide et technique de la descente. Je double quelques personnes dès le début, mais une barre à la poitrine viendra mettre fin à mon enthousiasme. Comme un gros point de côté, une barre au niveau du ventre qui me force à marcher à certains moments car j'ai du mal à respirer. Je suis dégoutée, problème de respiration ou autre ? Je ne sais pas trop d'où cela peut venir. Néanmoins, j'essaye de maintenir un rythme constant et je double quelques personnes dans cette portion raide. Je fais surtout attention aux cailloux car je n'ai pas envie de me refaire une cheville ou un genou. Il commence à faire chaud, je suis un peu trop couverte pour ce parcours exposé en plein soleil. Le Ventoux nous nargue un peu avec sa neige au sommet, signe d'un hiver froid et long.

La fin de la course sera plus facile, après une petite descente technique et bien raide, nous rejoignons un DFCI de terre que nous allons emprunter sur plusieurs kms. Le DFCI est assez roulant et cela me permet de relancer, n'ayant plus cette barre à la poitrine qui me coupe la respiration. Je double un peu, je me fais doubler... Je mets ma musique dans les oreilles pour me mettre dans ma bulle, on vient de passer les 11km et 750mD+ et je commence un peu à être grillée comme une sardine quand même. Nous alternons descentes et montées sur du DFCI ou encore dans des monotraces en garrigue. Le paysage est magnifique et malgré le petit coup de bambou, j'en prends pleins les yeux et je me régale. La fin de la course sera assez longue car nous faisons 1km de plus que ce qui est prévu et nous terminons par un bon 2km de route, ce que j'ai en horreur. 


Néanmoins, je passerais la ligne d'arrivée en 2h40 et des brouettes, bien contente d'arriver et surtout pas dernière (une vingtaine de personnes derrière moi). Il y a du monde au ravitaillement, mais j'ai tellement soif. Je me jette sur l'eau et bois tout ce que je peux. J'ai les jambes en compote, mais assez contente de ma course. Cela m'aide à me situer pour le marathon de l'Hortus et me montre qu'il y a encore beaucoup de boulot pour être au top le jour J. 
Je recommande cette course, c'est vraiment un magnifique parcours, une bonne organisation et j'adore ce type de sentiers. En plus, c'est l'occasion d'avoir une belle vue sur le Ventoux sur une bonne partie du parcours. 


Avez-vous déjà couru le trail Drome ? 

A très bientôt les amis ! 

2 commentaires